Le site Histoire Domont.com

 

Accueil / Charente Maritime Patrimoine / Marsilly [18]

0 commentaire

EGLISE DE MARSILLY

S. Petri de Marsilleio, doyenné de Saint-louis de la Rochelle (situé à 10 kilomètres de la Rochelle.) Ce bénéfice dépendait de l'abbaye de Saint-Michel-en-l'Herm ; il devait à l'évêque de Saintes 10 livres 10 sols à titre de procuration. Monsieur l'abbé Lacurie conteste l'existence à Marsilly d'une abbaye succursale de l'abbaye de Fontdouce et admet seulement qu'il pouvait y avoir un prieuré de Bénédictins. « L'église de Marsilly a été détruite en partie ; ce qui en reste fait penser qu'elle a dû être fort belle. La tour du clocher, de la fin du XIIe siècle, a, dit-on, anciennement été surmontée d'une flèche fort élevée. Cette tour, haute de 23 mètres, sert d'amer aux bâtiments qui entrent dans le pertuis Breton. De vastes souterrains, creusés sous l'emplacement du prieuré, se dirigent vers la mer. » On doit à M. d'Hastrel une vue de l'église de Marsilly qui a été insérée dans la Revue organique en 1847. Il existe à Marsilly un temple protestant annexe de celui de la Rochelle et desservi par les pasteurs de cette ville. On remarque aussi à Marsilly plusieurs inscriptions d'origine protestante.

Source: http://patrimoine-de-france.com/

 

MUSEE

Musée des Graffiti Fondé en 1993, le Musée des graffiti anciens se situe aujourd’hui au rez-de-chaussée de l’ancien presbytère, grand bâtiment des XVIIe-XVIIIe siècles, en partie reconstruit en 1860. Le musée présente deux ensembles de pierres originales couvertes de graffiti : L’un provient de l’ancien moulin des Sables de Charron (XVIIe-XVIIIe siècles) L’autre de l’ancienne maison d’arrêt de La Rochelle, lieu de détention de marins étrangers (1799-1810). Les autres collections regroupent, par thématique, de nombreux moulages de graffiti effectués dans la région avoisinante (l’Aunis et plus globalement, outre la Charente Maritime, la Vendée, les deux-Sèvres, la Charente et la Gironde), dont une importante série de bateaux montrant l’évolution navale du XIIe au XIXe siècles. A travers les signes qu’ils ont tracés dans la pierre tendre de la contrée, les auteurs des graffiti nous ont laissé le témoignage de ce qu’ils ont vu, ressenti ou vécu : leurs préoccupations, leurs sentiments, leurs émotions, parfois leur peine ou leur désespoir. Lors de votre visite, il vous sera possible d’admirer un acon, navire mythique des Boucholeurs (mytiliculteurs et ostréiculteurs de la bais de l’Aiguillon) qui est ici exposé avec son matériel de pêche.

Source: http://www.histoireetculture.net/musee-des-graffiti/

Nombre de pages vues (miniatures ou images) : 5417838
Consultations des 10 dernières minutes : 10
Nombre de pages vues des 60 dernières minutes : 74
Nombre de consultations d'hier : 1459
Nombre de visiteurs des dernières 24h : 54
Visiteurs des 60 dernières minutes : 3
Visiteur(s) récents: 1