Le site Histoire Domont.com

 

0 comments

Au cœur de la forêt de Montmorency, Montlignon est une des communes les plus vertes du Val d’Oise. Dans un vallon aux pentes raides, l'ancien village s’étirait le long du ru de la Chasse, qui naît sur les hauteurs de Saint-Prix et de Chauvry puis reçoit le ru de Corbon sur la rive droite. Au Moyen Âge, ces ruisseaux entraînaient plusieurs moulins qui seraient à l’origine du nom du village : « Molinnon » (1160), « Mollinum » (vers 1200) ou « Moulignon », dérivés de « molemnis », petit moulin. En 1160, quand le pape Alexandre III (vers 1105-1181) confirma sa dépendance envers l’abbaye de Saint-Martin de Pontoise, l’église Saint-André était une simple chapelle relevant de la paroisse de Tour (Saint-Prix). Elle devint elle-même église paroissiale au XIIIe siècle. On dénombrait jadis quatre écarts : le Hameau-Larive, Le Bourceau, Le Clos-Tilleul et Métiger ou Mestegier. Anciens fiefs de l’abbaye de Saint-Denis, Métigier et Montlignon furent intégrés en 1294 à la châtellenie de Montmorency. Du hameau brûlé au XVe siècle, reste un lieudit sur le coteau où jaillit la Fontaine des Métigers, dont les eaux passaient pour guérir les fièvres. En 1379, la seigneurie, rachetée par le roi Charles V (1338-1380) pour les chanoines de la Sainte-Chapelle de Vincennes, comprenait toute la ville de Montlignon avec la maison seigneuriale, le four, un étang et un moulin, des terres, vignes et bois, ainsi que la haute, moyenne et basse justice. Vers 1800, au-dessus de l’étang Marcille aujourd’hui comblé, une tuilerie avait été ouverte en forêt et des briqueteries s’établirent dans la commune pour exploiter une importante couche d’argile. Le village est dominé par le fort de Montlignon. Élevé vers 1875, il assurait la défense de Paris avec les forts, redoutes et batterie de Cormeilles, Domont, Écouen, Franconville, Montmagny et Montmorency. Il abrite aujourd’hui le centre national de tir de la police. Source: http://www.valdoise.fr/ >