Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

                                     LA POSTE A DOMONT        

 

 Concernant la «chose» postale à propos de Domont, resituons-la rapidement dans le paysage politique de l’époque qui nous occupe.

Alors que la France républicaine du  prince Louis-Napoléon Bonaparte adopte à son tour le timbre-poste, le 1er janvier 1849, à l’effigie de la déesse «Cérès», il n’y a pas de matérialisation immobilière à Domont.

Moisselles auprès, y supplée.

 
   

Le 20c «Cérès» noir, non dentelé

                                                 1849                                                

 

En décembre 1852, succède à l’image de la «Cérès», le portrait du prince- président, Louis-Napoléon BONAPARTE, Président de la République. Après le coup d'état du 2 décembre 1851, devient Empereur à la suite du plébiscite du 21 novembre 1852. 
Jacques-Jean BARRE est chargé de modifier la légende des timbres-poste, le 8 janvier 1853. C'est l'effigie de l'Empereur NAPOLÉON III qui perdure avec la légende modifiée d’ «EMPIRE FRANC » en lieu et place de «REPUB.FRANC.».

Cela se concrétise par le timbre-poste 10 c  « EMPIRE », non dentelé, émis en décembre 1853 dont il existe deux types et dans chaque type plusieurs nuances de couleurs.

C'est le timbre-poste utilisé pour les correspondances locales (lettre simple locale).

Une loi du 10 mai 1853 crée "la prime à l'affranchissement", loi exécutoire le 1er juillet 1854. Les lettres affranchies de Paris à Paris ne payent que 10 c alors que les lettres non affranchies sont taxées à 15 c. 
Pendant toute sa durée d'utilisation, il sert aussi pour l'affranchissement de la lettre simple à 20c et des compléments d'affranchissement pour les diverses destinations.

Cette émission est de couleur bistre : le type1 est illustré ci-dessous

Le 10c « empire » non dentelé 1852

 

Les oblitérations normales alors possibles jusqu’en 1875 environ sont pour Paris : losange à lettre romaine ou bâton, étoile noire, la grille sans fin, le cachet à date, rouleau gros points.

 

Les oblitérations exceptionnelles : la grille 
Pour la province : les oblitérations sont dites : petit chiffre (PC), puis gros chiffre (GC) en 1862.

 

                                         
PC 203 Auzances dépt. 22, aujourd’hui 23

                                       

                                                                               C 4012 Salonique (Turquie)                                   

Réf : Losange à « petit chiffre »

TF010366

 

La poste de Domont n’existe pas encore et pour expédier le courrier il faut se rendre au bureau de poste de Moisselles.

Et pour cause on ne trouvera donc pas dans les répertoires des oblitérations un « chiffre » correspondant à Domont.

 

                      

 L'existence d’un «chiffre» à Moisselles est en effet avérée :

1852 à 1863 : Un «petit chiffre» lequel est : 2016.

1863  : Un «gros chiffre» lequel est  : 2378

Le département 95 d’aujourd’hui était alors 72. (Seine et Oise)

 

Exemple de gros chiffres

           

                       

                                               Malle-poste Briska (vers 1843) visible au musée de la Poste de Paris.                                                

 

Le courrier de Domont suivait en effet le chemin des relais de Poste de la fameuse route du poisson. (De Paris à Boulogne) qui passait par Moisselles, et ancienne nationale 1.

                           

 Les oblitérations dites "losanges petits chiffres" ont été utilisées de janvier 1852 à janvier 1863. Ce sont des losanges de points, au centre duquel, un ou plusieurs chiffres d'environ 4 mm de haut, désignent la localité du bureau de poste. La circulaire, du 1er janvier 1852, décrit  ce nouveau timbre oblitérant "dont la surface armée de pointes coniques puisse pénétrer le papier et y laisser des traces qui empêchent le lavage et le double emploi des figurines".

Pour réaliser ce timbre oblitérant, l'administration  numérote tous les bureaux de poste du pays. A l'époque, on dénombre environ 3800 bureaux de poste.

Les bureaux de la Métropole sont numérotés dans l'ordre alphabétique de 1 à 3703. Puis ce sont les bureaux d'Algérie à partir du chiffre 3704 à 3739. Jusqu'en 1863, près de 700 nouveaux bureaux de poste sont crées auxquels on attribue un numéro à partir de 3740 jusqu’à 4494. Il existe ainsi près de 4.500 oblitérations «petits chiffres».

Dans les grandes villes (sauf Paris), les chiffres sont complétés d'une lettre alphabétique qui désigne un bureau de quartier. Exemple : Bordeaux = 441 et Bordeaux-Les-Chartrons = 441B. Certains petits chiffres ont été très peu utilisés, d'où leur rareté.

En 1873, La poste aux chevaux disparaît et le transport par chemin de fer comprends 54 lignes, En1914 : il y a 175 lignes.

            Exemple de lettre datée du 19/6/1867 au départ de Beauvais (58) aujourd’hui (60) et à destination de Paris,
losange gros chiffres n°404 (BEAUVAIS) annulant le timbre-poste ;
 « 
timbre à date » au type 17 posé sur la lettre                           
                                                      

Affranchissement composé d'un timbre poste
80c rouge
Napoléon III
 (n°24)

 

                                 
                     Le bureau de Poste de Moisselles est exigu, comme du reste le sera celui de Domont, sis rue Veuve Cousin à partir de 1880, aussi caisse nationale d’épargne.  
  
          Avant 1880, le facteur distribuait donc le courrier à Domont après l’avoir cherché à Moisselles.                                    

Apparition du téléphone vers 1900.

Téléphone de Darsonval

                                                            

 A la gare de Domont, une porteuse de dépêches transportait les télégrammes.

 

 

                                       
 

L’évolution des constructions de la ville impose un déplacement du bureau de Poste de Domont. En 1911, l’administration loue une villa située au 13 de l’Avenue Glandaz.

Déplacement géographique mais les locaux sont toujours aussi exigus.

                                                        

       Poste de Domont de l’avenue Glandaz de 1911 à 1974.

 

                       

         Poste de Domont de l’Avenue Jean Jaurès

Photo : Jean- François Funck

 

Poste de Domont de l’Avenue Jean Jaurès

Il faudra attendre 1974 pour voir la construction de la Poste actuelle avenue Jean Jaurès.

C’est une entreprise domontoise qui remportera l’appel d’offre : Quintin et Billia

Une architecture moderne sera choisie

La Poste de Domont gère, en plus du courrier local, les services financiers et ce depuis le 1erjanvier 2006 qui voit naître  « la Banque Postale ».

En plus des produits traditionnels de la banque (emprunts, placements, assurance vie),

Elle gère « la Caisse d’Epargne de la Poste ». 

   

                                             

    Photo : Jean- François Funck

Centre de tri régional

 

Le centre de distribution du courrier

Créé en 2000, son rôle est régional puisque 13 localités sont ainsi centralisées et comprennent :

Domont, Bouffémont, Attainville, Saint-Brice, Ecouen, Ezanville, Piscop, Le Mesnil-Aubry, Villiers-le-sec, Vilaines-s/bois, Bouqueval, Le Plessis-Gassot, Moisselles.

Quelques chiffres évocateurs :                                                                            

Par jour.

Réception de 54000 lettres

            Expédition de 25000 lettres

Tournées des boites aux lettres des 13 communes.

7 tournées de colis postaux.

 

 

Remerciements :

La Poste, Martine Lassalle (Directrice du bureau de Poste de Domont)

Le Centre de tri de Domont (Directeur du Centre : Monsieur Thierry Fruh).

Le musée de la Poste Française qui est à visiter par tous.

Article: Jean-Francçois Funck ( 2006 ) 

Mr Gilbert Bertoli /CPDD et le Club Philatélique de Domont

Credit photos : Jean- François Funck

Images: musée de la poste et wikipedia

Domont et sa région 2015 

Reproduction interdite.

Go to top